Missions de l’ODyC

Les missions de l’ODyC

Les principales missions de l’Observatoire de la Dynamique Côtière de Guyane sont :

Logo_CouleurSite   doter le territoire d’un outil d’observation accessible et pérenne de la dynamique côtière ;

Logo_CouleurSite    produire, collecter, harmoniser et diffuser les connaissances relatives aux phénomènes littoraux guyanais ;

Logo_CouleurSite    fédérer l’ensemble des acteurs en intégrant notamment, les démarches existantes ;

Logo_CouleurSite    sensibiliser le public aux enjeux présents sur la bande côtière ;

Logo_CouleurSite    apporter des éléments d’expertise et d’aide à la décision pour la gestion cohérente et durable du littoral auprès des collectivités

territoriales, des gestionnaires et des bénéficiaires des espaces côtiers.

Missions de l'Observatoire

Plage de l’avenue de l’anse, Kourou, décembre 2016.  Plage des Salines, Rémire-Montjoly. Plage d’Awala-Yalimapo, décembre 2016

Un observatoire : pourquoi ?

Initiée par le Grenelle de la Mer en 2009, la « Stratégie Nationale de Gestion Intégrée du Trait de Côte » a été mise en place en 2012 et a notamment comme objectif la « création d’un réseau d’observation et de suivi de l’évolution du trait de côte à l’échelle nationale, en s’appuyant sur les acteurs régionaux ». La stratégie est confortée depuis 2015 par un Comité National de Suivi.

Les observatoires du trait de côte se caractérisent comme étant des « structures qui acquièrent des données relatives au trait de côte, de manière plus ou moins régulière et sur une zone plus ou moins étendue, dans le but d’analyser les variations observées et finalement comprendre et prévoir l’évolution du trait de côte sur cette zone ».

Associations, scientifiques, collectivités, institutions ou encore bureaux d’ingénierie du littoral ont fait remonter le besoin de travailler collectivement sur les questions de connaissance et de gestion du littoral guyanais. L’idée de créer un Observatoire de la Dynamique Côtière de Guyane est alors née.

In fine cet observatoire, à l’image de ceux déjà existant en métropole, apportent une plus-value en termes d’action publique en contribuant aux missions :

   d’identification des territoires à risque d’érosion pour hiérarchiser l’action publique ;

   d’élaboration des stratégies partagées entre les acteurs publics et privés ;

   de l’émergence  d’une doctrine de recomposition spatiale du territoire.

ODyC de Guyane

La Guyane française, l’une des côtes les plus dynamiques au monde, fait face aux risques littoraux et à la fluctuation de son trait de côte dans un contexte de changement climatique et d’élévation du niveau de la mer. Les attentes des différents partenaires de l’Observatoire de la Dynamique Côtière de Guyane ont été discutées et actées lors du séminaire de lancement le 10 avril 2015. En plus de doter le territoire d’un outil pérenne d’observation de la bande côtière, il s’agit également de fédérer les acteurs et sensibiliser le grand public aux enjeux du littoral. C’est également la possibilité d’apporter des éléments d’expertise et d’aide à la décision pour la gestion cohérente et durable du littoral auprès des collectivités, des gestionnaires, des maitres d’ouvrage et des bénéficiaires des espaces côtiers guyanais.

La Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL) de la Guyane conjointement avec le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM, antenne Guyane) ont initié la mise en place de l’Observatoire de la Dynamique Côtière par voie de contractualisation depuis 2014.

L’ODyC se positionne comme un appui aux décisions d’aménagement et de développement territorial sur le fondement de méthodologies de suivis adaptées au contexte local, la production et l’harmonisation des connaissances, le suivi et la vigilance des événements extrêmes.

Depuis sa mise en place, les différents partenaires de l’ODyC continuent de tisser des liens de plus en plus nombreux. Des conventions bi-annuels pour l’organisation cadre de l’ODyC, aux échanges de matériels techniques entre les différents partenaires, l’Observatoire de la Dynamique Côtière est enrichi par une organisation en réseau.

Des données de types ponctuelles (relevés lors d’événements exceptionnels, témoignages, etc.), des mesures pluri-annuelles (relevés topographiques et bathymétriques) ou encore des données régulières (mesures des houlographes, etc.) viennent alimenter les projets de l’Observatoire de la Dynamique Côtière de Guyane. 

Seminaire_15

Séminaire de lancement de l’Observatoire de la Dynamique Côtière de Guyane, CCIG, avril 2015